Pourquoi y a-t-il des CRATERES sur la Lune?

thumbnail70.jpgLa lune a été bombardée par de grosses météorites dans sa prime enfance, il y a environs 4 milliards d’années. A  cahque impact, un cratère en a marqué la surface d’une cicatrice indélébile. Il s’est ainsi formé plusieurs centaines de milliers de cratères d’un diamètre compris entre 1 Km et plus de 200 Km. Depuis cette époque, les chutes de météorites sur notre satellite sont devenues plus rares. Mais elles n’ont pas cessé pour autant.

La lune a un visage. Cela, tout le monde le sait bien. les traits de ce visage sont marqués de milliers de cratères, de forme circulaire, qui en criblent la surface comme autant de cicatrices.

Plus de 300 000 cratères.

Pour ne parler que de ceux dont le diamètre dépasse 1 Km, on pense qu’il y en aurait environs 300 000, rien que sur la face visible de la Lune. les plus grands ont un diamètre supérieur à 200 Km, comme le bassin Schrödinger, qui mesure 320 Km…Le visage lunaire témoigne des temps reculés où notre satellite naturel était litteralement bombardé par des météorïtes.

A l’époque, il y a entre 4.2 et 3.8 milliards d’années, le Système Soleire venait tout juste de se former et  quantité de petits corps  » inutilisés » lors de cette formation circulaient entre les planètes, les heurtant sans ménagement. En particulier, La Lune, récement apparue à la suite d’une collision, recevait des milliards de tonne de matières sous forme de ces météorites. Quand l’une d’elle s’abîmait sur sa jeune surface, le choc était si brutal qu’elle creusait un profond cratère. La matière apportée par la météorite était alors totalement absorbée par la Lune qui, de la sorte, augmentait sa masse. Aussi, comme unique témoignage de cette époque ancienne de grand bombardement, il ne reste aujourd’hui que les dratères, dont la plus part ont plus de 3.8 milliards d’années. Comment des traces aussi vieilles ont-elles pu subsister jusqu’a nos jours?

Déjà, il n’y a pas d’érosion sur  la Lune : il n’y a ni vent pour user les roches. De plus,la Lune est  depuis longtemps un astre mort, inerte, contrairement à notre planète Terre, dont la surface, de tremblements de terre en éruptions volcaniques, est renouvelée en permanence. La Terre efface ainssi petit à petite lmes trace de son passé, que le visage de la Lune se charge  de nous rappeler.

Au fil de l’histoire:

L’époque de l’intense bombardement qui secoua tout le Système Solaire est révolue depuis longtemps. mais la Lune continue, de temps en temps, à recevoir des projectiles. Ainsi, en 1953, un astronome amateur américain, Léon stuart, vit apparaître sur la face lunaire un point très lumineux, qu’il photographia…

Ce n’est qu’en 2003 qu’on perça le mystère: les scientifiques découvrirent qu’à l’emplacement même où le point  lumineux était apparu, s’étendait un cratères de 1.5 Km de diamètre. Stuart avait vu une météorite s’écraser sur la Lune.

Erosion:usure naturelle de la surface d’une planète ou d’un satellite, par l’action du vent ou de l’eau.

Combien y a-t-il de GALAXIES?

ca618n8z.jpgL’ Univers compte quelque 100 milliards de galaxies répartient dans tout son volume. S’il est peu probable que les astronomes puissent un jour compter une à une les galaxies, ce colossal chiffre de 100 millioars , obtenu à la fois grâce aux calculs théroriques et aux progrès techniques réalisées en matière de télescopes, semble proche de la vérité. Il fait de notre propre galaxie, la Voie lactée, une goutte d’eau dans le vaste océan cosmique.

Si les astronomes ont pu évaluer à environ 100 milliards le nombre des galaxies qui peuplent  l’Univers, c’est qu’ils disposent aujourd’hui d’instruments d’observation ultra-performants. Le télescope spacialHubble, en particulier, leur a fourni depuis 1993 des images des contrées les plus reculées du vaste Univers. pour évaluer le nombre total de galaxies, Hubble a été braqué dans une direction fixe pendant 150 heuresn ce qui lui a permis de capter la lumière provenant  de galaxies distantes de plus de 10 millioards d’années-lumièren soit quelque 100 000 milliards de milliards de kilomètres!

Jusqu’aux  confins de l’Univers.

Selon les théories modernes, qui postulent que le cosmos a un volume fini  et limité, ces galaxies lointaines seraient situées aux confins même de l’Univers. Les astronomes ont alors compté le nombre de galaxies contenues dans la petite portion de ciel photographiée par Hubble: ils en ont trouvé quelque 2 500, des plus proches aux plus lointaines. Comment , à partir  de ce résultat, ont-ils pu évaluer le nombre total de galaxies dans l’Univers? Très simplement: veut-on savoir approximativement combien de livres sont rangés dans une grande bibliothèque? On compte les ouvrages présents sur un rayonnage, puis le nombre de rayonnages de la bibliothèque. En multipliant les deux, on obtient une bonne approximation de la quantité totale de livres… Les astronomes ont fait le même calcul avec les galaxies: la petite portion de ciel où ils en avaient dénombré 2 500 couvrait un peu moins d’un trente-millionnième de toute la voûte cléeste. En supposant que chaque autre portion de même taille, rassemblerait aussi 2 500 galaxies ( ce que confirment des observations menées en parallèles), ils ont multiplié ce chiffre par le nombre de portions nécessaires pour couvrir toute la voûte céleste, soit un peu plus de 30 millions. Et c’est  ainsi qu’ils sont arrivés au chiffre de 100 milliards de galaxies.

Galaxie: vaste rassemblement d’étoiles et de nuages de gaz et de poussières. Les étoiles ne sont jamais isolée dans le cosmos: elles appartiennent toutes à une galaxie.

Quand à eu lieu le BIG BANG?

ca0pytj8.jpgIl a eu lieu voilà environ quatorze milliards d’années soit près de trois fois l’âge de notre Système solair, et de la planète Terre en particulier. il y a un siècle encore, les astronomes pensaient que l’Univers était immuable et éternel, qu’il avait toujours existé. Aujourd’hui, la théorie selon laquelle il a eu un commencement -le « big bang »-et qu’il est en perpétuelle évolution est étayée par un faisceau d’observations.

Il a fallu des sciècles aux astronomes pour accepter l’idée révolutionnaire que l’univers a pu avoir un commencement. Au début du XXè siècle, le grand Albert Einstein lui-même se refusait à admettre ce fait, qui semblait pourtant découler de ses équations. Il lui préférait l’idée d’un univers immuable et éternel. Mais le progrès était en marche: dans les années 1920-1930, en étudiant des galaxies très lointaines, les astronomes se rendirent compte que celle-ci s’éloignent les unes des aures- et donc qu’elle s’éloignent aussi de nous. ce mouvement de fuite généralisé a conforté l’idée que l’Univers est en expansion.

L’Univers confiné dans une tête d’épingle:

pour le comprendre, imaginons que l’Univers soit une sorte de pudding en train de cuir dans un four: on peut se représenter les galaxies comme les fruit secs répartis au hasard dans la pâte du pudding, qui représente l’espace intergalactique. L’orsque le pudding gonffle pendant la cuisson, chaque fruit sec voisins s’éloigner de lui, car le volume du gâteau croît… Or , si l’Univers est en expansion , il est aujourd’hui plus grand qu’il n’était hier, et il était hier plus grand qu’avant hier, etc. en remontant le temps, on bute alors sur un momant où son volume était très petit, voire ponctuel! A ce moment, tout ce que contenait l’Univers se trouvait concentré dans l’équivalent d’une petite tête d’épingle. Selon les lois de la physique, la température et la densité devaient alors être quasiment infinies! C’est ce moment particulier, celui de la naissance de l’Univers, qu’on appelle « big bang ». Tout l’art des chercheurs aujourd’hui consiste à évaluer au mieux, autrement dit à donner à ‘Univers  l’âge le plus précis possible. Les dernières mesures en date, fondées entre autres sur la vitesse d’éloignement des galaxies, l’estiment à 13, 7 milliards d’années.

au fil de l’histoire:

Toutes civilisations, même les plus anciennes, se sont interrogées sur les origines de l’Univers. certains mythes de création du monde, comme en Chine, évoquent un oeuf cosmique contenant en germe l’Univers en devenir. d’autres, comme chez les Sumériens, parlent d’un terrible combat entre les dieux, tandis que , selon la genèse, Dieu créa le monde en 7 jours. Les philosophes grecs de l’Antiquité, eux, faisaient immuable et fermé, constitué de sphères concentriques au centre desquelles trônait la Terre.

Expansion: processus de dilatation de l’Univers, qui se produit de la même manière dans toutes les directions.

Qu’est-ce qu’une ANNEE-LUMIERE?

cacxy5jk.jpgC’ette distance que parcourt la lumière en un an soit 9 460 milliards de kilomètres! Dans l’Univers, les astres sont si éloignés les uns des autres que le kilomètre se révèle trop « court » pour rendre compte des distances. L’année-lumière, en revanche, est parfaitement adaptée. De plus, dire qu’une étoile est 10 années-lumière de nous, c’est dire que la lumière qu’on en reçoit aujourd’hui nous montre telle qu’elle était il y a 10 ans.

Cela peut sembler étrange que l’année-lumuère mesure une durée. Pourtant, c’est une unité de distance très utile. imagine-t-on les astronomes se servant du kilomètre pour mesurer la distance des étoiles, même les plus proches? Dire que l’étoile Véga est à 255 420 milliards de kilomètres de la terre reviendrait à dire que Marseille se trouve à 630 millions de millions de millimètres de Bordeaux!

300 000 kilomètres par seconde.

Ce serait une perte de temps et une source d’erreur. Quand on s’interresse de près aux astres, mieux vaut oublier les kilomètres pour adopter de nouvelles unités de distance. la lumière nous fournit précisément celles dont nous avons besoin. Elle se déplace dans l’espace à la vitesse colossale de 300 000 kilomètres par seconde et en une année, elle parcourt ainsi 9 460 milliards de kilomètres. Pour franchir les 150 millions de kilomètres qui séparent le Soleil de la Terre, elle met 8 minutes. Autrement dit, le Soleil se trouve à 150 millions de kilomètres ou à 8 « minutes-lumière » de nous. La nouvelle unité de distance prend tout son sens avec des étoiles plus lointaines que la notre: les 255 420 milliards de kilomètres qui nous séparent de Véga deviennest 27 années-lumière, ce qui est infiniment plus simple. Or l’année-lumière a un autre intétêt, que ne laissait pas deviner l’utilisation des kilomètres: si l’étoile Véga est à 27 années-lumière de nous, c’est que la lumière qu’elle émet a mis 27 ans à parvenir jusqu’à nous. Nous la voyons telle qu’elle était il y a 27 ans. Quant à 1 000 années-lumière par exemple, nous la voyons telle qu’elle était un millainaire-et peut-être n’existe-t-elle même plus aujourd’hui! C’est là une des étrange lois de l’Univers: certains objets célestes dont on recueille aujourd’hui la lumière dans nos télescopes ne sont que des fantômes du passé.

pièce à conviction:

En 1977, la Nasa envoya les deux sonde Voyager1 et 2 explorer les confins du Système solaire. En l’an 2000, Voyager1 s’apprêtait à sortir du système solaire et se trouvait à la colossale distance de 10 milliards de kilomètres de la Terre. Autrement dit, à 9 heures-lumière et 40 minutes-lumière de nous! Les messages radion envoyés par Voyager1 mettaient ainsi 9 heures 40 minutes à nous parvenir, à la vitesse de la lumière ( car il faut savoir que les ondes radio sont bien une forme de lumière, invisible à nos yeux).

Astre: terme génétique employé pour désigner les objets célestes, qu’il s’agisse de planètes, d’étoiles, de galaxies, de nuages de gaz, etc.

Qu’est-ce que la VOIE LACTEE?

cayzw9gp.jpgLa galaxie qui contient le Soleil et ses neuf planètes se nomme la Voie lactée. Littéralement noyés dedans, nous la voyons par la tranche dans le ciel l’été, sous forme d’une traînée laiteuse qui ne laisse deviner ni son étendue, ni sa majesté, ni l’abondance d’étoiles qui la peuplent. Car le voie lactée, qui ressemble à un disque spiralé, contient quelque 100 milliards d’étoiles et est si vaste que la lumière met 100 000 ans à la traverser.

On ne peut la deviner que par une nuit noire et dégagée, loin de toute pollution lumineuse. Elle apparaît sous la forme d’une légère trace laiteuse qui barre notre ciel de part et d’autre. Pourtant, la Voie lactée nous englobe et nous dépasse: notre Soleil n’est qu’une des cent milliards d’étoiles que compte notre galaxie …la Voie lactée a une forme de disque spiralé et , pour la traverser de part en part, un rayon lumineux devra voyager durant 100 000 ans.

100 milliards d’étoiles:

autrement dit, il devra parcourir une distance de 1 milliard de milliards de kilomètres; pour la traverser dans le sens de l’épaisseur, 2 000 ans seront nécessaires, pour une distance de 20 millions de milliards de kilomètres. Notre adresse dans cette immense ville étoilée n’a rien d’exceptonnel: nous habitons dans la périphérie. Plus précisément, le Soleil et son cortège de planètes siègent dans l’une des « branches », ou, « bras », de la spirale galactique, qui en compte quatre. Cette spirale fait un tour sur elle-même en 240 millions d’années, entraînant toutes ses étoiles dans sa ronde: depuis sa naissance, le Soleil aurait déjà accompli une vingtaine de tours… Quand nous observons sa trace dans le firmament, c’est en faite que nous voyons notre galaxie par la tranche, car nous sommes plongés dedans. Pourquoi, dés lors, ses milliards d’étoiles n’éclairent-elles pas notre nuit? Parce que la Voie lactée contient aussi des nuages de gaz et de poussières qui, telles des brumes sur une ville, masquent la lumière émanant des sources lointaines. Mais si le système solaire siègeait au centre de notre galaxie, où la concentration d’étoile est proprement gigantesque, notre nuit aurait l’éclat de 200 pleines lunes!! C’est que le coeur de la Voie lactée concentre l’équivalent de 2,6 milliards de Soleils dans un espace plus petit que l’orbite de la Terre autour du Soleil.

Au fil de l’histoire:

Le terme « galaxie » vient du grec galaxias signifiant Voie lactée, ou coulée de lait. A l’origine, en effet, les anciens grecs y voyaient les trace de lait épanchées du sein de la déesse Héra, épouse de Zeus, quand elle allaitait le géant Héracles. Au-delà du mythe, on se demanda des sciècles durant de quoi était faite cette trace laiteuse. Ce n’est qu’en 1610 que Galilée, en observant pour la première fois à l’aide d’une lunette astronomique, comprit qu’elle était constituée de myriades de petits points lumineux: des étoiles.

Qu’est-ce que l’ESPACE-TEMPS?

ca03m3st.jpgl’espace et le temps dépendent l’un de l’autre et sont affectés par la présence de la matière. Ainsi, tout  objet  « creuse » l’espace autour de lui et , simultanément, ralenti le temps! pure science-fiction? Non! Contrairement à ce qu’on a cru jusqu’au début du XXE siècle, le temps et l’espace ne sont pas immuables, indépendants et souverains. ils sont les deux visages d’une seule et même « entité », l’espace-temps.

L’espace-temps est la trame de l’Univers. A l’origine de sa découverte, il y avait une énigme: pourquoi un corps attire-t-il à lui un autre corps situé à distance? Onsait que la Lune tourne autour de la Terre parce qu’elle est soumise à la force de gravitation que la matière composant la Terre exerce sur la matière qui la compose elle, la lune ( et vice versa…) Mais cette influence avait pour la science quelque chose de « magique » dont elle ne pouvait s’accommoder. Au début du XXè siècle , un certain Albert Einstein résolut le problème…au prix de notre perception du temps et de l’espace.

L’espace se creuse:

si tout corps exerce sur tout autre une attraction à distance, c’est que la matière creuse l’espace autour d’elle, comme le ferait une boule de billard posée sur un drap tendu. Bien entendu, l’espace est un volume vide, et non une surface matérielle comme un drap. Il est donc difficile d’imaginer ce que signifie « l’espace se creuse ». Mais reprenons l’exemple du drap: si l’on pose une deuxième boule sur le drap, que va-t-il se passer? A cause des creux engendrés par les boules, elles vont rouler l’une vers l’autre: on peut dire qu’elles s’attirent. dans l’espace, c’est pareil: chaque corps « roule » vers le creux crée par  l’autre corps. Et plus la masse d’un corps est importante, plus le creux qu’il dessine autour de lui est profond. L’exemple extrême en est le trou noir, sorte de creux infiniment profond dans lequel tout ce qui se trouve à proximité s’abîme à jamais…mais il y a mieux encore: le temps lui-même ralentit au voisinage d’une masse. Et son « taux » de ralentissement est exactement le même que le taux de creusement de l’espace, d’où l’idée que l’espace et le temps sont intimement liés. il n’y que l’espace-temps soumis à l’influence de la matière.

Au fil de l’nistoire:

celui par qui le scandale est arrivé se nomme Albert Einstein. En 1916, il achève sa théorie de la relativité générale, qui remet en question toutes nos certitudes sur l’Univers. Il émet notamment l’idée d’un espace-temps qui serait variable en fonction de la matière. sa théorie est si révolutionnaire qu’au début peu de scientifique l’acceptent. mais, dans les années suivantes, les observations-notamment celle de l’éclipse de Soleil du 29 mai 1919-la confirment. Aujourd’hui, toutes les théories sur l’univers reposent sur la relatité générale.

Gravitation, ou gravité: force qu’exerce toute masse sur une autre masse dans l’Univers.

L’Univers aura-t-il une FIN?

cawhy78h.jpgAujourd’hui, on pense que l’Univers ne finira pas autrement dit qu’il se maintiendra toujours. Mieux, l’Univers, qui est aujourd’hui en expansion, devrait continuer à gonfler éternellement comme un ballon. Il ne devrait donc pas, comme certains astronomes le pensaient il y a peu de temps encore, stopper son expansion et commencer à s’effondrer sur lui-même, pour finalement imploser en un « big crunch », l’inverse du big bang.

Une chose est sûre: voilà des milliards d’années que l’Univers gonfle comme un ballon. La preuve: les galaxie s’éloignent les unes des autres. mais si l’Univers est aujourd’hui en expansion , cela ne signifie pas qu’il le sera toujours. Il se pourrait même qu’un jour, ce mouvement s’inverse. Rebroussant chemin, les galaxies se précipiteraient alors les unes sur les autres, et tout finirait dans une colossales implosion, le « big crunch » l’inverse du « big bang ».

expansion ou contraction?

L’ expansion de l’Univers a en effet une ennemie mortelle: la gravitation, cette force d’attraction qui s’exerce entre toutes les masses dans l’Univers. c’est elle qui nous maintient les pieds collés à la Terre. Or, la gravitation s’exerce aussi entre les galaxies, qu’elle voudrait bien rassembler. Expansion et gravitation s’opposent donc: la première tend à dilater l’Univers, la seconde à le contracter. Laquelle l’emportera? La seule façon de le savoir serait d’évaluer avec précision la quantité totale de matière dans l’Univers (en effet, puisque la gravitation est une force qui s’exerce sur la matière, plus il existera de matière, plus la gravitation sera forte face à l’expansion). Mais les astronomes ont du mal à le faire. d’après leurs dernières évaluations, l’expansion devrait cependant l’emporter et l’Univers devrait gonfler éternellement…Mais ne nous réjouissons pas trop vite: à bien y regarder, la nouvelle d’une expansion éternelle n’est pas si plaisante que cela. Projetons-nous dans des milliards d’années: l’Univers est de plus en plus vaste, de plus en plus dilué, et toutes les distances ont augmenté inexorablement. Il n’y a plus assez de concentrations de matières pour donner naissance à de nouvelles étoiles. tous les astres existants se sont éloignés les uns des autres…Dans le grand vide cosmique, ne règnent que le froid et la désolation.

Au fil de l’histoire.

les sociétés humaines ont toujours forgé des mythes sur la fin du monde: apocalypses, engloutissements, les croyances ne manquent pas. En Iran, par exemple, la doctrine de Zoroastre (VIè siècle avant J.-C.) met en scène la lutte cosmique entre le Bien et le Mal, qui débouche sur la victoire du Bien dans un nouvel l’ Univers pacifié, sans temps, sans pesanteur, sans ombre…Pour l’hindouisme et le boudhisme, le cosmos n’a ni commencement ni fin. Il présente des cycles de création et destruction, qui alternent régulièrement sur des durées de milliards d’années.

Expansion: processus de dilatation de l’Univers, qui se produit de la même manière dans toutes les directions.

Le Soleil vat-il S’ETEINDRE un jour?

Destruction du Soleil.Le Soleil en est aujourd’hui à la moitié de son existence. Dans environ 5 milliards d’années, il enflera démesurément et se mettra à briller comme jamais. Il engloutira alors dans ses feux la plupart des planètes du Système Solaire, dont la Terre. Sa fin programmée sera riche en rebondisements. Son éclat, sa taille et sa température varieront jusqu’à de qu’il atteigne la phase ultime de sa vie, devenant un corps sombre et froid qui s’éteindra à petit feu.

Le Soleil, notre étoile, s’est formé il y a environ 5 milliards d’années. pour nous, qui nous réchauffrons à sa lumière depuis que le monde est monde, difficile d’imaginer qu’il n’est pas éternel. Et pourtant, sa fin est programmée: dans « à peine » 5 milliards d’années , l’astre de nos jours va entrer dans une très longue phase mouvementée qui va le conduire à l’ extinction. Pendant cette lente agonie, et contrairement à ce que l’on pourait croire, les planètes qui en sont le plus proches ne finiront pas gelées sur place, mais carbonisées par les feux du Soleil. car avant de s’éteindre, celui-ci connaîtra des phases violentes durant lesquelles il gonflera et s’échauffera démesurément. Voici dans ses grandes lignes la chronique de cette mort annoncée: dans 5 milliards d’années, le Soleil commencera à enfler, jusqu’à atteindre une taille 20 fois supérieure à sa taille actuelle. En son coeur, la température dépassera les 100 millions de degrés. Son éclat  deviendra intolérable; il brillera alors 10 000 fois plus qu’aujourd’hui. Cet astre, déjà méconnaissable, continuera de grossir et son enveloppe se refroidira, virant au rouge. Les planètes les plus proches de lui (Mercure, Vénus, la terre et Mars) disparaîtront englouties par ses feux, stérilisées par l’intense rayonnement du monstre. Espérons que les terriens seront loin, voguant vers d’autre mondes à coloniser!

Un coeur d’étoile mourante:

Enfin viendra le moment où le Soleil, ou du moins ce qu’il en restera, éjectera dans l’espace son enveloppe exterieure- ce sera le dernier soubresaut avant la fin. Au centre de l’enveloppe, il ne restera plus que le coeur de l’étoile mourante: un astre discret, cent fois plus petit que l’actuel Soleil et que les astronomes appellent une neine blanche . Brillant d’un très faible éclat, cet astre mettra des dizaines de milliards d’années à s’éteindre définitivement.

Pièce à conviction:

ces enveloppes de gaz que les étoiles comme le Soleil éjectent à la fin de leur vie, les astronomes en repèrent un peu partout dans me cosmos. Pour eux, elles sont bien la preuve que des étoiles vivent leur derniers moments. certeines de ces enveloppes ressemblent à des anneaux de fumée ( à l’origine, on les confondait avec des planètes, d’où leur nom actuel de « nébuleuse planètaires »), des couleurs intenses. En leur centre, on observe la plupart du temps la petite étoile, la neine blanche, qui s’éteint doucement.

Neine blanche: petite étoile très peu lumineuse, qui marque le stade ultime de la vie des étoiles comme le Soleil.

Qu’es-ce que le SYSTEME SOLAIRE?

système Solaire.Neuf palanètes qui tournent autour d’une étoile. Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Uranus, Neptune et Pluton. Voilà, dans l’ordre, de la plus proche à la plus éloignée, les neuf planètes qui gravitent autour de notre étoile, le Soleil. Mais le système soleire, en quelque sorte la grande famille du Soleil, comprend beaucoup d’autres membres plus petits: les satellites des planètes, des millions d’astéroïdes et autant de comètes.

Le sistème solaire est le royaume d’un monarque, le Soleil, et de son cortège de planètes: elles sont neuf au total, qui gravitent autour de lui, prisonnières de son attraction gravitationnelle, sur des orbites differentes. Mercure est la plus proche du Soleil.Viennent ensuite vénus, la terre et Mars.

Un vaste réservoir de comètes.

Plus loin s’ouvre le royaume des planètes géantes, Jupiter, puis Saturne, puis Uranus et neptune. enfin, la petite Pluton ferme la marche. certaines de ces planètes possèdent des satellites qui gravitent autour d’elles, comme la Lune autour de la Terre; d’autres non. Tout ce beau monde cohabite dans un espace de quelque 15 milliards de kilomètre. mais ce n’est pas tout: le Système solaire comprend aussi une ceinture, située entre Mars et Jupiter, où gravitent des millions d’astérorïdes. Enfin , aux frontières du système solaire, entourant celui-ci comme de vastes halos, se trouvent deux immense réservoirs de comètes. Tous ces astres  sont soumis à l’attraction du soleil. Peut-pn se faire une idée de la répartition de la matière dans le système solaire? Le Soleil en concentre l’essentiel. La preuve: si le Système solaire avait une masse de 100 kg, le soleil pèserait 99,88kg, contre 200g pour le reste – les planètes et leurs satellites; les astéroïdes, les comètes…Pour comparer ces corps en taille réduit 1 milliard de fois: le Sleil est alors grand comme une pastèque; les planètes, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune ont la taille d’une orange; la terre, Vénus et, dans une moi,dre mesure, Mars ressemblent à des cerises; quand à Mercure et Pluton, ce sont à peine des graines. Si, enfin, on dispose ces fruits eb respectant leur distance au solail, alors la cerise-Terre sera quasiment collée à la pastèque-Soleil, tandis que la graine-Pluton s’entrouvera éloignée de 12 km.

Au fil de l’histoire.

Et s’il existait, dans le Système solaire, une dixième planète gravitant au-delà de pluton? Dans les années 1980-1990, cette question défraya la chronique. Des astronomes avaient en effet noté des percutions dans le mouvement de Neptune et d’Uranus, perturbations qui ne pouvaient s’expliquer selon aux  que par la prèsence d’une planète non encore répertoriée. Ils remuèrent le ciel et Terre pour découvrir cet astre, baptisé « planète X »  en référence à son rang autant qu’a son caractère mystèrieux. Mais la planète X est restée introuvable.

Orbite:  trajectoire d’un corps céleste autour d’un autre de masse plus importante. Les orbites des astres ont le plus souvent la forme d’une éllipse ( sorte de cercle aplati).

Pourquoi la Lune ECLIPSE-t-elle le Soleil?

Eclipse de luneVus de la Terre, Lune et Soleil on la même taille. En effet, la Lune, qui est en réalité 400 fois plus petites que le Soleil, est aussi 400 fois plus proche de nous. Cet heureus hasard explique pourquoi le disque de la Lune peut parfois recouvrir celui du Soleil – tout est question de percpective, et il faut que les deux astres soient bien alignés avec la Terre. On assiste alors à un spectacle magique entre tous:l’éclipse de soleil.

Dans l’Antiquité, on attribuait aux éclipse de Soleil une cause divine. On sait aujourd’hui que tout se résume à un jeu d’ombres et de lumière: quand la Lune s’interpose entre le Soleil et la Terre, elle projette son ombre sur notre planète. Cette ombre ne touche qu’une petite région du globe terrestre, mais pour ceux qui se trouve dedans, et pour peu que l’alignement entre le soleil, la Lune et la Terre soit parfait; lespectacle saisissant: comme ce fut le cas le 11 août 1999 dans le nord de la France, on voit alors le disque lunaire recouvrir exactement le disque solaire.

Quand le hasard fait les choses.

Or ce spectacle de la disparition du Soleil ne se joue pas sous nos yeux sans une heureuse coïncidence:vus de la Terre, l’astre de nos nuits et l’astre de nos jours ont la même taille. il ne s’agit pas là de leur taille réelle: la Lune a un diamètre d’environ 3 500 kilomètres, ridiculement petit comparé à celui du Soleil, qui est de 1,4 million de kilomètres. Mais le soleil se situe à quelque 150 millions de kilomètres de nous alors que la Lune se trouve à environ 380 000 kilomètres. Un petit calcul montre alors que la Lune est 400 fois plus petite que le Soleil mais qu’elle est aussi 400 fois plus proche de nous. Pour nous, terriens, donc, elle a la même taille apparente  que le soleil. c’est une des lois de la perspective. on peut en faire l’experience très simplement. Par exemple, prenons deux bougies dont l’une est deux fois plus heute que l’autre, disons 20 cm et 10 cm de longueur. Alignons-les l’une derrière l’autre sur une atble, de sorte à 1 m et la plus petite à 50cm de nous. Regardons-les de cette distance: leur taille apparente est alors rigoureusement identique, autrement dit la plus petite « éclipse » parfaitement la plus grande…tout comme la Lune masque le Soleil.

Au fil de l’histoire:

Nombre de civilations anciennes voyaient dans les éclipses l’apparition d’un monstre, dragon ou serpent géant, s’apprêtant à engloutir le soleil ( mort de rire…pardon) Il s’agissait alors de faire le plus de bruit possible pour éloigner la bête. ( la honte!)

Très vite, on sut les prévoir, mais on continua à les considèrer comme des signes des dieux ou du destin. Ainsi, si l’éclipse du 28 mai 585 avant J.-C. fit la renommée, en Grèce, du savant Thalès qui l’avait prédite, en Assyrie elle conduisit deux royaumes ennemis, celui de médie et celui de Lydie, à signer la paix.

Taille apparente:

désigne la taille d’un objet telle qu’elle est perçue par un observateur, par opposition à sa taille réelle.De même on peut parler de vitesse ou de luminosité apparentes.




module externe et indépenda... |
dorothee |
Qui parle de solitude ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | insectes de clemsc
| Stage Circonscription Orléa...
| la nature, c'est la vie